élections 2011 CAP des corps de documentation

(actualisé le )

Face à une administration qui dénie à ses agents toute forme de reconnaissance, le SNAC-FSU défend la spécificité et la diversité des métiers de l’information et de la documentation, que leurs lieux d’exercice soient les bibliothèques, les centres de documentation, les centres d’archives, les chantiers de fouilles, ou encore les conservations MH et archéo des Drac.

Notre cœur de métier à tous est la gestion de l’information, la collecte, la structuration et la diffusion de la bonne information au bon moment.

La documentation doit pouvoir être une « fonction support » dans le meilleur sens du terme, pas dans celui des technocrates qui réduisent la richesse de nos métiers à de petites cases aveugles. En exerçant nos fonctions, nous sommes dans un rôle d’aide à la décision et nous participons en même temps à l’élargissement de multiples domaines de connaissance. En cela, notre activité est pleinement une activité scientifique.

Les centres de doc disparaissent, car la doc paraît coûteuse pour un profit immédiat nul. Or la doc, c’est de l’investissement à long terme !

Dans certains secteurs, comme le secteur juridique, la veille documentaire est une condition sine qua non pour le fonctionnement général de l’organisme. Dans d’autres secteurs, comme celui des sciences humaines, « collecter, structurer et diffuser l’information » ne produit des gains que cinq à dix ans après qu’aient été acquis les outils et formés les personnels.

L’enjeu aujourd’hui est de convaincre les instances décisionnaires de cet investissement et de sa pertinence.

L’avenir des corps de documentation

Si rien n’est fait, la documentation perçue par beaucoup comme une action administrative ou une série de gestes techniques (alimentation de base données) finira par perdre toute sa substance scientifique.

Il deviendra alors illusoire de vouloir mettre en place une stratégie de recherche et de s’attacher à répondre au plus près des besoins des utilisateurs par une information fiable et pertinente.

Ce que défend la FSU !

La reconnaissance de la spécificité des métiers de l’info doc au sein de la filière scientifique.

Un examen global de la situation des agents relevant des deux corps de doc.

Les secrétaires de documentation en danger !

A entendre les énarques qui mettent en musique les principes de la RGPP, le sort des sec doc est arrêté :ils fusionneront avec les techniciens de recherche.

Que deviendront leurs missions et leurs métiers ?

Extraire les secrétaires de documentation de la filière scientifique-documentation, c’est appauvrir la fonction documentaire dans son ensemble, et ce n’est pas répondre aux problèmes soulevés par l’évolution de carrière du personnel appartenant à ce corps.

Plutôt que de céder dans la précipitation au chantage de Bercy qui promet les lendemains radieux du nouvel espace statutaire de la catégorie B en échange de fusions de corps à la hache, il serait plus intelligent de réfléchir à une solution satisfaisant le besoin légitime d’une évolution de carrière et d’une reconnaissance des métiers.