Adjoints administratifs spécialité bâtiments de France ... grands gagnants de la RGPP ?

(actualisé le )

Les Adjoints Administratifs Spécialité Bâtiment de France sont, à l’origine, des agents de catégorie C recrutés sur concours (option métreur ou dessinateur).
En théorie ils assistent l’Architecte des Bâtiments de France en réalisant les relevés, les plans, les quantitatifs pour toutes les opérations MH relevant des missions des SDAP.
En pratique ils ne dessinent plus !

Comme leurs collègues techniciens des services culturels affectés en STAP (ceux qui restent), ils instruisent les demandes d’urbanisme en espaces protégés et font les préconisations techniques en matière de travaux et d’aménagement. Ils conseillent et reçoivent les pétitionnaires (architectes, élus, particuliers, etc.) ils participent à l’élaboration des documents d’urbanisme (PLU,ZPPAUP/AVAP), d’autres participent au CST (suivi MH, état sanitaire), et certains suivent également l’entretien des MH appartenant à l’Etat. Certains font les 3 à la fois.

Comme tous les agents de catégorie C, le smic les rattrape chaque année (c’est déjà ça), et ce qu’ils appelaient « la prime de Noël » ou le reliquat de fin d’année (environ 140 euros) a été supprimé.
Comme beaucoup, l’ancienneté n’y fait rien puisque au bout de 10 ans un agent ne gagne que 5 points d’indice supplémentaires par rapport à une nouvelle recrue (tassement et refonte des grilles oblige).
Comme beaucoup, ils n’ont pas compris le « moins de fonctionnaires, mais mieux payés », le point d’indice est gelé depuis 3 ans et on leur a supprimé leur petite prime de Noël pour payer les PFR des cadres et des directeurs.

Du coup comme beaucoup, ils se tapent le boulot des collègues techniciens et ingénieurs partis à la retraite.
Comme beaucoup, ils ont subi les dysfonctionnements liés aux réorganisations des DRAC, ils ont goûté aux joies de Chorus, et aux déménagements avec des postes de travail inadaptés suite à l’intégration des STAP dans les DRAC.
Comme beaucoup, ils ont du faire face aux différentes reformes (urbanisme, marchés publics, maîtrise d’œuvre en matière de MH, AVAP, etc...)

Leur spécialité Bâtiment de France a été supprimée et fusionnée dans l’immense corps des adjoints administratifs alors qu’ils ont un métier et un profil purement technique et non administratif, ce qui limite fortement leur mobilité (pas de cursus administratif mais technique avec l’amour de la pierre).

Jusque-là rien d’anormal me direz-vous en ces temps difficiles !!
Le seul espoir de promotion de ces agents était de passer un concours pour valoriser les compétences acquises.

Tout le problème est là !

Le dernier concours de technicien des services culturels remonte à 2007.
Autrement dit, de tous les agents recrutés depuis 2003, aucun n’a pu le passer en interne (4 ans d’ancienneté minimum pour être candidat interne).
Donc certains attendent depuis 9 ans pour caresser l’espoir d’avoir une chance que leurs efforts et leurs compétences soient reconnus à travers un concours. D’autres sont partis.

M.Mitterrand a reconnu le rôle et l’importance des STAP en matière de Patrimoine, il avait ajouté « les services métiers font la force de ce ministère ».
Lors de sa venue à la DRAC Auvergne suite au mouvement de ras le bol des Drac pendant l’été 2011, M. Mitterrand avait promis l’ouverture de concours pour cette filière.

Depuis un concours d’ingénieur des services culturels a effectivement été organisé (7 postes en interne), normalement un autre l’année prochaine, et là aussi le dernier concours remontait à 2007.

Le concours de technicien initialement prévu en fin d’année n’aura finalement pas lieu, il vient d’être reporté en 2013. Certaines mauvaises langues diront que ce concours, comme en 2009, n’aura pas lieu alors que les formations ont été payées.

Nous espérons que le gouvernement actuel saura montrer son soutien et reconnaître l’injustice sociale pour cette filière. Composé bien souvent de personnels passionnés, investis et en première ligne pour mener à bien la politique de l’Etat en matière architecturale, patrimoniale et paysagère, le personnel technique s’essouffle et a besoin d’encouragement et de motivation pour mener à bien ses missions.
Il semble plus qu’urgent d’entamer une vrai réflexion sur cette filière, car si un repyramidage a été mainte fois évoqué, jusqu’ici rien n’a été fait.

DRAC Auvergne, STAPs en colère !!!