Secteur Archéologie

Un plan de CDIsation sans précédent !

(actualisé le )

Un plan de CDIsation sans précédent !

Lundi soir 13 novembre 2006, le cabinet du ministre a annoncé un plan de CDIsation de 350 à 400 agents de l’INRAP, en réponse au préavis de grève déposé par les organisations syndicales.

Dans une période de restriction systématique de l’emploi public, cette annonce représente une victoire historique contre la précarité.

Le SNAC-FSU se bat depuis toujours sur le problème de l’emploi précaire en archéologie, « hors-statut », vacataires, CDD.... Cette lutte n’a pas été conclue par la création de l’INRAP, où le recours à l’emploi précaire est redevenu un mode de recrutement courant de l’emploi permanent. En 2002, les CDD représentaient un peu moins de 10% des effectifs ; en 2006, ils atteignent plus de 20%.
Nous avons dénoncé cette situation intolérable à de nombreuses reprises dans les instances du Ministère et de l’INRAP et nous l’avons combattue au cœur des nombreux mouvements sociaux des archéologues. En 2006, la question de l’emploi précaire est cruciale et participe des difficultés croissantes rencontrées par l’archéologie préventive.

Le SNAC-FSU se félicite que le ministère ait enfin pris la mesure de cette revendication. Les propositions du 13 novembre constituent une incontestable victoire syndicale sur ce front.

Le SNAC-FSU se félicite également des avancées concrètes qui ont été faites sur la question du repyramidage au sein de l’INRAP, puisque pour la première fois, un chiffre et un calendrier ont été fournis : . il concernera 4 à 500 agents, débutera en 2007 et s’étalera sur trois ans. Nous nous battons depuis la création de l’INRAP pour la reconnaissance de la qualification des agents et la mise en place des promotions nécessaires.

Ces propositions doivent se concrétiser rapidement. Le SNAC-FSU restera vigilant sur les modalités de leur mise en œuvre, et veillera à ce que les calendriers annoncés soient bien respectés.

Encore en suspens

Ces bonnes nouvelles ne doivent pas faire oublier les graves difficultés que rencontre actuellement l’archéologie préventive.

Les questions posées par le préavis de grève sur le plafond d’emploi de l’INRAP, les moyens des SRA et la politique de régulation n’ont pas reçu de réponse aussi précise.

Le SNAC FSU considère que ces points participent de la même question, celle des objectifs et des moyens consacrés à l’archéologie, qui doit être examinée dans sa globalité.

Le Ministère s’engage à présenter aux organisations syndicales d’ici fin janvier une évaluation des besoins des SRA. Le SNAC-FSU profitera de l’occasion pour rappeler les revendications de fond que nous portons depuis longtemps. Seul un vrai bilan critique peut permettre de réformer sur des bases plus saines.

Ce travail et ces avancées ne pourront se faire que dans le cadre d’une collaboration sincère des différents acteurs concernés, au premier chef entre la Culture et l’INRAP dont l’ intelligence est l l’une des clés du dispositif, ce que savent les agents mais que méconnaissent leurs hiérarchies, prises dans le faisceau d’intérêts contradictoires.

Le SNAC FSU continuera à se battre pour que les moyens accordés à l’archéologie soient à la hauteur des enjeux de la recherche...