Trophées de l’Inrap ! Vous reprendrez bien de la truffe ?

(actualisé le )

SGPA CGT-Culture, SNAC-FSU, CNT-CCS, Sud-Culture Solidaires Inrap

Hier, Mardi 4 juin 2019, a eu lieu au Musée de Cluny, Musée national du Moyen Age à Paris, la deuxième remise de trophée de l’Inrap, pince-fesse avec burrata aux truffes, champagne, gadgets publicitaires et remises de prix aux aménageurs dans le cadre prestigieux du frigidarium des thermes antiques.

Les personnels de l’établissement qui rendent au quotidien un service public de qualité en matière d’archéologie n’étaient pas conviés à cette sauterie. Preuve s’il en fallait qu’à défaut de ne pas pouvoir être faite sans archéologue, l’archéologie peut être valorisée sans eux (à méditer d’ici les JNA).

C’est donc dans un esprit festif et chaleureux qu’une vingtaine d’archéologues de l’établissement a pris soin de s’inviter sur le perron du musée, idéalement placés pour former une haie d’honneur, discuter avec chacun des invités officiels et présenter les trophées décernés par les personnels à leur direction et fabriqués dans la démarche de RSE (responsabilité sociétale et environnementale) chère à l’établissement.

Les « partenaires » de l’Inrap qui, comme nous l’avons dit à la direction, sont d’abord les nôtres, quand ils ne sont pas carrément nos collègues du CNRS, des universités, des services régionaux et autres institutions, n’auront jamais été aussi bien accueillis que par cette joyeuse bande proposant un préambule ludique à une cérémonie dont on sait qu’elle fut soporifique et inaudible -à tel point que nous avons aussi pu prendre, à la sortie, les impressions des personnes s’échappant au bout d’une demi-heure !

Les échanges avec l’ensemble des invités accédant au musée ont été parfaitement conviviaux et respectueux, on ne peut en dire de même de la direction de l’Inrap qui continue à avoir peur des agents de l’établissement, et le Directeur Général Délégué n’a souhaité ni parler avec les agents présents, ni même prendre possession de son trophée (ballon d’oxygène d’or ; Trophée du manager de l’année), bien qu’il ait été réalisé manuellement avec des matériaux exclusivement récupérés dans les poubelles ( pas encore celles de Romainville) et malgré des qualités esthétiques évidentes : techniques mixtes, surface dorée gaufrée, peinture métallisée, qualité du montage...

Des tracts présentant la situation du service public de l’archéologie ont été remis à chacun des invités qu’ils auront pu opportunément ranger dans le tote bag floqué aux couleurs de l’Inrap, rempli de goodies du même genre !

Il fut un temps où à l’Inrap, la direction savait que les meilleurs ambassadeurs de l’archéologie étaient les archéologues eux-mêmes.

Aujourd’hui, ils sont tenus à l’écart et ces cérémonies illustrent bien l’absence de considération de cette gouvernance hors-sol à l’égard de ses personnels.

Sauf que pour faire de l’archéologie et rendre avec rigueur les missions de service public, il faut des archéologues, ils sont le cœur du réacteur !

Version imprimable