Sauvadet : quand les droits des uns n’enlèvent rien aux autres mais profitent à tous.

(actualisé le )

Vous avez eu connaissance tout comme nous de la réussite de 70 de nos collègues au concours réservé de secrétaires administratifs « Sauvadet ». C’est une juste reconnaissance de leurs compétences et le SNAC-FSU leur adresse toutes ses félicitations.

Rappelons, pour couper court à toute polémique, que cette titularisation d’agents non titulaires n’enlève strictement rien à leurs collègues titulaires. En particulier, cela ne change rien quant au nombre de postes mis au concours interne pour la promotion des agents de catégorie C (ou à l’absence de postes mis au concours interne mais ça, c’est la faute de l’administration, pas des lauréats du concours réservé). Que ces collègues soient rémunérés comme agents titulaires ou comme agents non titulaires, ils sont de toute façon payés par l’Etat, au même niveau de B. Agents non titulaires de catégorie B ils deviennent agents titulaires de catégorie B. Les collègues ne changent pas, leurs missions sont les mêmes, seul leur statut change.

Qu’on puisse entendre ici ou là, de la part de sources nocives car mal informées ou franchement haineuses, que cette réussite de collègues non titulaires à un concours réservé constitue une injustice par rapport à leurs collègues titulaires a quelque chose d’irritant, voire de franchement déplaisant lorsqu’il s’agit de sources syndicales.

On peut défendre le statut général de la fonction publique – c’est notre cas, de manière exigeante, en reconnaissant pleinement la valeur des concours – sans pour cela considérer qu’octroyer ce statut, avec des modalités particulières, à des collègues qui font le travail depuis des années, constituerait une forme de bradage. Depuis des lustres, l’administration a laissé s’installer une situation anormale où des postes statutaires ont été pourvus par des contrats. On doit mettre un terme à cette situation, mais en reconnaissant que ce n’est vraiment pas la faute des agents qui sont sur ces contrats et que la dernière chose à faire serait, au nom d’une idée délirante du statut, de cautionner une sorte d’apartheid entre deux populations qui auraient par nature des droits séparés.

Nous sommes tous – titulaires ou non titulaires – agents de l’Etat. Et c’est notre unité qui générera des droits pour tous et pour chacun d’entre nous.

Concernant les titulaires, la ministre a pris des engagements. Un repyramide est prévu pour la filière administrative portant notamment sur les corps d’adjoints administratifs et de secrétaires administratifs. Le SNAC-FSU demande que soit reconnu le niveau réel des missions exercées par les agents de ces deux corps et que leur soit associé le bon niveau catégoriel auquel ils ont droit. Une pierre de plus à notre édifice, et nous comptons bien l’utiliser, c’est l’adéquation mission/catégorie qui a été utilisée pour les agents non titulaires. La reconnaissance de leurs droits est un argument de plus pour la reconnaissance des droits de tous.

Cette exigence de notre syndicat, au cours des réunions paritaires, s’exprime par une volonté sans cesse réaffirmée de création de postes de catégories B et A et du repyramidage de la filière administrative afin qu’elle corresponde enfin à la réalité du travail exercé par nos collègues.