Prorogation de l’état d’urgence sanitaire et libertés : les mises en garde de la Commission nationale consultative des droits de l’homme

(actualisé le )

La CNCDH estime que l’urgence sanitaire ne peut être invoquée pour servir de justification à des restrictions de droits et libertés aussi importantes que celles découlant des lois des 23 mars et 11 mai 2020 et des décrets des 11 et 12 mai 2020. Elle invite le Gouvernement et le Parlement à mettre immédiatement un terme à toute mesure restrictive de liberté qui ne serait pas strictement nécessaire et adaptée à la finalité exclusive de la lutte contre l’épidémie.

Dans son avis « prorogation de l’état d’urgence sanitaire et libertés », la CNCDH réitère ses préoccupations quant au régime d’exception instauré en France pour lutter contre l’épidémie de covid-19. Elle attire l’attention sur l’ampleur des restrictions aux droits fondamentaux apportées par le maintien de l’état d’urgence sanitaire et les mesures adoptées dans ce cadre – qui vont parfois bien au-delà de la réponse à la crise sanitaire – tant en ce qui concerne les libertés publiques et les droits sociaux que l’organisation et le fonctionnement de la justice, ainsi que sur les problèmes soulevés par le recours aux systèmes d’information. La CNCDH formule onze recommandations à l’intention des pouvoirs publics afin de garantir un meilleur respect des droits de l’homme.

La suite dans le document joint.

Pour retrouver les autres avis et travaux de la Commission sur l’état d’urgence sanitaire c’est ici.

Pour retrouver les prises de position du Syndicat de la Magistrature sur le même sujet c’est .