Plan de transformation ministériel, quid de la nouvelle direction ?

Pourquoi faut-il un « tombé de camion » pour être au courant d’une réflexion à laquelle les agents et les représentants des personnels sont censés être associés ?

La plan de transformation ministériel voulu par Franck Riester bat son plein, rappelons qu’il s’agit tout à la fois de créer des « entités transverses » (relations internationales, prospective et évaluation, transformation numérique), de « recentrer l’administration centrale sur ses missions » et d’"accélérer la déconcentration".

Au centre de ce dispositif : la création de ce qui nous a été présenté par le ministre comme une nouvelle direction générale, mais qui serait peut-être une délégation, chargée des politiques de transmission (donc de la démocratisation culturelle) ainsi que de la coordination de la politique enseignement supérieur et de recherche culture.

Le ministre l’a dit au CTM du 17 juin : « Cette transformation se fera avec vous, avec les représentants du personnel, avec les agents. Elle se fera dans la concertation, une concertation étroite et régulière, elle sera pilotée par le secrétaire général... »

Nous saluons cette intention de transparence et de dialogue, mais nous observons que les bonnes vieilles habitudes de cachoterie ont la vie dure et que la haute administration ne prend peut-être pas tout à fait au pied de la lettre les promesses de dialogue du ministre. Autrement dit : comme d’habitude il faut leur tirer les vers du nez pour avoir des infos et compter sur les fuites de documents pour pouvoir travailler.

Et pas sur des petits sujets : si la CGT n’avait pas diffusé le courrier de la médecine de prévention mettant en garde contre les effets des réorganisations sur les conditions de travail des personnels, on l’attendrait encore.

Sur leur méthode de travail, il a fallu insister pour qu’ils nous disent en séance que, pour cette affaire de réorganisation, ils se faisaient épauler par une boîte d’expertise privée pour la modeste somme de 300.000 euros.

Et concernant la nouvelle direction, motus sur les orientations, « ce n’est pas encore à l’ordre du jour », alors qu’un document circule à droite à gauche depuis une réunion qui a eu lieu le 4 septembre (à télécharger ici). On y apprend entre autre (page 9), que trois scenarios sont envisagés : « une DG verticale », « une DG horizontale », « une DG ressource ». Ce n’est pas rien ! Ils comptaient nous en parler quand ? Après avoir tout décidé dans leur coin ? En nous remettant un document trois jours avant une réunion ce qui ne permet pas aux organisations syndicales d’informer les personnels concernés et de se mandater sérieusement.

Nous avons évoqué ce document « tombé-de-camion », pardon ce « document de travail non validé » au CTM d’hier. Le ministre a dit qu’il ne le connaissait pas, dont acte, et le secrétaire général a dit qu’il s’agissait simplement d’un document issu d’un groupe de travail interne au SG. Il n’y a qu’à le consulter pour se rendre compte qu’il s’agit quand même d’un peu plus que ça et que les agents concernés auraient intérêt à être informés de ce qui peut les attendre.

Quand les états majors de ce ministère vont-ils cesser de travailler en chambre et s’engager dans ce qu’on demande tous depuis des lustres : un dialogue social loyal ?