Le FN au conseil régional Rhône-Alpes et la politique culturelle

(actualisé le )

Le Conseil régional de Rhône-Alpes compte 15 élus FN + 2 exclus du FN pour leur position « trop extrêmes », mais réintégrés puisque le groupe des élus s’appelle depuis « FN et apparentés ».

Dans sa campagne de 2009, Bruno Gollnisch s’était prononcé « pour une politique culturelle dans laquelle les subventions iraient à de véritables créateurs, car certains artistes réalisent de belles choses mais ceux-là n’ont jamais accès aux subventions qui vont inéluctablement toujours aux mêmes, à ceux qui font des choses laides, choquantes et inintéressantes. » (23 décembre 2009).

Une fois élus, les conseillers FN ont voté systématiquement contre toutes les subventions culturelles, et se sont clairement exprimés dans les assemblées pour « dénoncer la décadence de la politique culturelle menée par l’exécutif culturel socialo-écolo-communiste. » :
« Il y aurait beaucoup à dire sur la définition même d’art contemporain, si contemporain assurément, mais surtout si peu artistique. Cette conception de l’art n’est pas en effet l’expression contemporaine d’une culture plurimillénaire, tendant objectivement au beau et magnifiant la nature, mais en reste, au sens littéral, souvent, au stade anal de la construction de la conscience, puisqu’il faudrait ne considérer que le seul petit ego du créateur...
Il serait de meilleure gestion et plus conforme aux attentes du public à tout le moins de lier les subventions aux institutions culturelles à la fréquentation et aux recettes propres qu’elles génèrent et, au mieux, de rendre aux Rhônalpins la maîtrise directe de leurs choix culturels, (…) au profit d’un passeport culturel qui permettrait à chacun de choisir directement les formes d’arts qui lui plaisent. »
(Liliane Boury, 27 mai 2010).

Ils s’en sont pris à la carte M’RA qui permet à tous les 15-25 ans d’avoir des entrées gratuites ou à prix réduits pour les musées, cinémas, concerts, des bons de réductions sur les livres, et surtout (pour le FN) d’avoir un accès gratuit à un site musical qui offrirait « chansons et vidéos perverses... décadentes... dégueulasses » (intervention de Liliane Boury du 31 janvier 2013).

Le 19 décembre 2013, Liliane Boury demande une baisse des dépenses culture : « nous souhaitons revenir à une vraie culture, identitaire, enracinée et sortir de cette pluie d’objets culturels qui relèvent du domaine de la distraction et de l’entretien du clientélisme électoral. En conséquence, comme chaque année nous proclamons clairement notre souhait de forte diminution du budget culturel ».

Les conseillers ne ratent pas une occasion de pratiquer une campagne de mystification simpliste : le CR a lancé une campagne pour que les services publics et en particulier les services de cantine privilégient les producteurs locaux. Dans sa tribune politique le FN jouant sur un soi-disant bon sens naturel retrouve son caractère profond « pourquoi la préférence nationale ne serait-elle pas de droit alors que la préférence régionale le devient ? »