Enquête télétravail

Données quantitatives

1 - Profil des répondants

Notre enquête a reçu 952 réponses exploitables, parmi lesquelles 778 émanent de collègues ayant demandé un ou plusieurs jours de télétravail et 626 émanent de collègues ayant demandé des jours précis de la semaine.

Parmi les 952 répondants, 703, soit près de 75 %, sont des femmes, ce qui au regard de la composition des effectifs du ministère (54,78 % de femmes, 45,22 % d’hommes) témoigne d’une forte polarisation de l’intérêt apporté à ce sujet.

946 collègues ont indiqué leur âge
- 55,39 % ont plus de 50 ans
- 42,81 % ont entre 30 et 50 ans
- 1,80 % ont entre 20 et 30 ans
Compte tenu de la pyramide des âges du ministère, cette distribution est cohérente, elle pointe néanmoins un intérêt accru pour la problématique du télétravail de la part des collègues les plus âgés

873 collègues ont indiqué leur catégorie
- A et A+ : 54,07 % (dont 8,71 en A+)
- B : 30,36 %
- C : 15,58 %
Là encore, une polarisation très forte apparaît

857 collègues ont indiqué leur affectation
- EP : 44,92 %
- DRAC : 28,82 %
- AC : 18,09 %
- SCN : 8,17 %


2 - Moyenne des demandes

Les 778 collègues ayant demandé au moins un jour de télétravail se répartissent comme suit :
- 593 femmes avec une demande moyenne de 1,98 jours demandés
- 175 hommes avec une moyenne de 2,05 jours demandés
(10 collègues n’ont pas souhaité renseigner la rubrique f/h)


Parmi les 778 collègues ayant demandé des jours de télétravail, 674 ont précisé leur établissement ou leur service.
En effectuant le même calcul établissement par établissement (et en ne gardant que les établissements présentant plus de dix réponses), on obtient le tableau suivant (les écoles d’archi ont été regroupées de même que les services centraux du SG, de la DGCA et de la DGPA) :


Ces données sont obtenues à partir de chiffres forcément partiels. Seul le ministère, s’il en avait la volonté, pourrait produire des chiffres consolidés permettant des statistiques précises sur l’ensemble des services.
Nous fondant sur les réponses volontaires d’un nombre de collègues que nous n’avons pas les moyens de rapporter au nombre total d’agents ayant demandé des jours de télétravail, il convient d’être prudents quant à l’interprétation des résultats.

Un autre biais réside dans le rendu des réponses à un instant t : plusieurs collègues ont déclaré avoir fait une demande de x jours de télétravail et n’avoir pas reçu de réponse de la part de leur hiérarchie. Dans l’attente d’une réponse (dont certains commentaires tendent à ndiquer que cette attente est vécue comme abusive), la réponse est comptée comme négative. Cela nous encouragerait à renouveler le questionnaire dans quelques mois.

Ceci étant, les écarts constatés sont suffisants pour définir des tendances. On peut ainsi classer les établissements en fonction du taux de satisfaction des demandes en se donnant un écart de l’ordre de ± 2 % par rapport au taux moyen de 83 % évoqué plus haut.

On obtient alors un tableau qui distingue trois groupes : un groupe médiant proche de la moyenne (en gris dans le tableau ci-dessous), un groupe plus « généreux », et un groupe plus réticent, les deux extrêmes étant la DRAC Ile-de-France qui, sur la question des enveloppes globales de jours demandés, a un taux de réponse de 100 % et d’autre part l’INRAP dont le taux de réponse est inférieur d’une vingtaine de pour-cents par rapport à la moyenne.


Le même tableau peut être trié du point de vue de la moyenne des jours demandés. Là encore (cf. ci-dessous), en prenant une marge de 0,2 jour de part et d’autre des 2 jours de la moyenne générale, on obtient un groupe médiant, un groupe présentant une demande un peu plus élevée et un groupe plus mesuré dans la demande.
Comme dans le cas du premier tableau, ce sont les écarts les plus importants (ici CMN et DRAC ARA) qui doivent être interrogés.


4 - Jours demandés

626 collègues (dont 488 femmes et 128 hommes) ont indiqué les jours qu’ils avaient demandés et les jours qui leur avaient été accordés.

Un premier tableau résume les demandes globales puis les demandes genrées en nombres et en pourcentages.



On note une très forte demande pour le vendredi, un deuxième niveau de demande pour le mercredi, un troisième niveau pour le lundi et le jeudi et un niveau plus modéré pour le mardi.

Un second tableau résume les jours obtenus avec les taux d’obtention.



Les demandes concernant le vendredi sont globalement plutôt bien reçues de la part des hiérarchies.

On peut s’interroger sur le sens de la différence de traitement des demandes selon qu’elles émanent des hommes et des femmes concernant le lundi, le vendredi et surtout le mercredi (les demandes des hommes sont moins bien acceptées) et dans l’autre sens concernant le mardi et le jeudi (où ce sont les demandes des femmes qui sont moins bien prises en compte).

5 - Jours flottants

331 agents ont demandé des jours flottants
299 accords pour des jours flottants ont été donnés par l’administration
90,33 % accords pour des jours flottants

Version imprimable