DRAC Occitanie. La tête dans le sable, le pied au plancher… et droit dans le mur ?

(actualisé le )

Motion des agents du SRA Occitanie :

Le service régional de l’archéologie Occitanie est dans une situation plus qu’alarmante en ce début d’année 2018.

La direction de la DRAC Occitanie refuse de le reconnaître !

Après la fusion des régions aux conséquences lourdes sur les organisations des services en DRAC, après l’arrivée de nouvelles missions (loi LCAP notamment…) qui ont augmenté les charges de travail, après l’arrivée d’outils numériques chronophages et anxiogènes, c’est désormais l’érosion des forces vives qui génère une profonde inquiétude chez les agents du SRA Occitanie.

DES DÉPARTS NON REMPLACÉS

Pour mémoire, la nouvelle région Occitanie, avec 13 départements est la deuxième région métropolitaine par sa superficie.
Au début de l’année 2017, nous étions 44 agents au SRA Occitanie, 19 à Montpellier et 25 à Toulouse, y compris les postes de CRA, CRA adjoints et les collègues en charge du Centre d’Information et de Documentation du Patrimoine.
Au 1er avril 2018, après plusieurs départs à la retraite et diverses mutations, il ne restera plus que 14 agents à Montpellier et 23 à Toulouse !
En dépit de la fragilité du service, la direction a déjà décidé fin 2017 de supprimer définitivement 3 postes au sein du SRA Occitanie !
Lors des récentes réunions de service des 15 (Montpellier) et 16 janvier (Toulouse) derniers, le directeur du Pôle Patrimoine refusait de voir la situation et assumait les choix de la direction en partie contraints pas les directives du Ministère.

DES SERVICES FRAGILISÉS

Les causes ne sont pas neuves, depuis la RGPP, ce sont toujours les services patrimoniaux (CRMH, SRA et UDAP) qui sont saignés afin de répondre à deux objectifs sans cesse renouvelés :
1/ les diminutions du plafond d’emploi ;
2/ les annonces de nouvelles missions, ou besoins jugés “prioritaires”.
Si certains services en DRAC ont vu leurs effectifs renforcés (Secrétariat général, Action Culturelle, Direction) c’est au détriment des autres services de la DRAC et notamment ceux du Patrimoine. Ces mêmes services qui pourtant assument la quasi-totalité des missions réglementaires. C’est grâce, ou à cause, de l’abnégation des collègues soucieux de l’action publique et du service rendu aux usagers que l’essentiel des missions sont poursuivies tant bien que mal par les collègues “restants” augmentant fortement les risques psychosociaux. Jusqu’à quand ?
Nous n’avons plus à couvrir les choix critiquables de notre direction et du ministère qui considèrent les services patrimoniaux comme la variable d’ajustement d’une politique délétère de gestion des ressources humaines !

UNE SITUATION QUI NE PEUT PLUS CONTINUER !

Quelle action culturelle, quelle politique patrimoniale sans agents ?
Nous, agents signataires de cette motion du SRA d’Occitanie réclamons les remplacements des postes dans nos services et appelons tous nos collègues des services patrimoniaux des DRAC à faire part de leur situation et à refuser ces réductions d’effectifs.

Montpellier, Toulouse, le 25 janvier 2018
Les signataires (par ordre alphabétique) :
Sylvie Bach, Anne Berdoy, Iouri Bermond, Hélène Breichner, Pierre Chalard, Pierre-Arnaud de Labriffe, Évelyne Derosier, Christine Dieulafait, Blandine Dubois, Laurent Fau, Sophie Féret, Olivier Gaiffe, Philippe Galant, Sandy Gualandi, Caroline Guerineau, Sophie Izac, Brigitte Krall, Véronique Lallemand, Mireille Leduc, Frédéric Maksud, Kristell Nerrou, Évelyne Nicouleau, Benoît Ode, Thierry Odiot, Julien Ollivier, Béatrice Pic, Valérie Salle, Cristina San Juan-Foucher, Jean-Louis Vayssetes.