CNC, extension du domaine de la lutte

(actualisé le )

Fait sans précédent au CNC, tous les élus siégeant en Commission consultative paritaire ont démissionné collectivement de leur mandat le lundi 25 janvier.

Les élus ne veulent plus servir d’alibi à l’administration en siégeant dans une instance où leur rôle est réduit à néant.

En effet, les conditions d’exercice de leur mandat se dégradent depuis l’arrivée de cette nouvelle direction et ils ne sont plus en mesure de donner un avis éclairé parmi les candidatures des agents. Ils ne peuvent prendre connaissance qu’en cours de séance de l’intégralité des candidatures et non pas accès à leur dossier de candidature. L’administration convoque les élus sur le seul nom de l’agent qu’elle a décidé de retenir. Ainsi, seule la Commission de recrutement dispose de la visibilité sur la totalité des candidatures internes et externes.

Tous les agents sont en droit d’attendre que leur candidature soit examinée lors des CCP. En réalité, cet examen est déporté en Commission de recrutement où les élus sont absents. Leur représentation dans cette commission avait pourtant fait l’objet d’une proposition de la précédente direction et avait été acceptée par les représentants du personnel siégeant en CCP. Le turn-over de nos interlocuteurs a remis en cause le fruit de cette concertation.

Il appartient aujourd’hui à l’administration d’engager une réelle discussion sur le fonctionnement de cette instance afin d’assurer la transparence de ses choix et de garantir d’égal accès aux emplois ainsi qu’une articulation satisfaisante et efficiente entre la commission de recrutement et les CCP.

Par ailleurs, le gel du tableau d’avancement en 2015, sans aucune justification, alors que cette procédure prévue dans le décret statutaire n’avait été mise en œuvre qu’en 2014, empêche l’application de mesures favorables aux agents qui se sont distingués dans l’accomplissement de leurs missions.

Nous attendons des actes et pas seulement des déclarations d’intention ou des discours d’auto satisfaction. Le retour à des règles comprises par tous, assurant aux élus le plein exercice de leur mandat dans un respect mutuel relève de la responsabilité de l’administration.

Communiqué FSU - UNSA

contact : Robert Poupard
06 50 18 40 68
robert.poupard@cnc.fr