CNC, dialogue de sourds sur déménagement à risques

FSU - UNSA

L’Assemblée générale du 27 novembre dernier, organisée autour de la thématique du déménagement du CNC, a mobilisé un grand nombre d’agents, très préoccupés par ce sujet.

Les organisations syndicales présentes (FSU, UNSA) ont souhaité faire voter des motions correspondant aux attentes et revendications des agents qui se sont fait jour lors des échanges.

Ces revendications s’inscrivent dans une conviction partagée d’une dégradation des conditions de travail. Le mode de communication adopté par la direction et l’omerta sur le micro zoning ne font que renforcer ce sentiment.

La perte d’environ 1500 m² (équivalant à la surface de l’immeuble Boissière accueillant 95 agents) par rapport à la situation actuelle du 16ème arrondissement entraînera une densification extrême des espaces de travail (4 à 5 m² par agent), un positionnement des bureaux pas toujours conforme aux préconisations de l’ISST et du médecin de prévention, un manque de place pour le traitement des dossiers, des difficultés de concentration compte tenu de la généralisation des bureaux partagés à 2, 3, 4, 6 et 8 agents.

Le CHSCT n’ayant jamais été consulté sur l’implantation des bureaux, notamment par rapport à la lumière naturelle et le partage de l’espace utile, les élus n’ont eu d’autre choix que de démissionner afin de ne pas servir d’alibi à une direction plus soucieuse de sauver les apparences que de faire vivre réellement les instances et le dialogue social.

Face à cette situation préoccupante les agents réunis en assemblée générale ont voté les motions suivantes :

1- Les agents exigent la communication du micro-zoning à tous les agents et l’organisation dans chaque service d’une consultation du personnel ;

2- Les agents exigent un aménagement des locaux qui respecte les préconisations du médecin de prévention et de l’ISST, ainsi que les préconisations en matière de conception des postes de travail et d’implantation par rapport à la lumière naturelle ;

3- Les agents exigent la mise à disposition d’un local adapté pour permettre aux agents de consommer sur place des aliments apportés par leur soin sans impacter l’espace dédié aux bureaux ;

4- Les agents demandent la réduction du nombre de salles de réunion afin de leur laisser un espace de travail suffisant ;

5- Les agents demandent des bureaux avec une climatisation modulable pour l’ensemble du personnel ;

6- Les agents demandent des bureaux limités à quatre agents au maximum ;

7- Les agents exigent de compenser la perte du pouvoir d’achat consécutif à l’abandon des tickets restaurant ou maintenir un droit d’option pour les agents souhaitant conserver leurs titres restaurants ;

8- Les agents exigent le maintien d’une imprimante partagée par bureau ;

9- Les agents exigent la mise en place du télétravail dès le déménagement ;

10- Les agents refusent de se voir retirer des jours de congés ou de devoir les récupérer en raison du déménagement.

Ces 10 revendications ont été portées à la connaissance de la Présidence lors du Comité du 1er décembre 2017. Nous attendons des réponses à la hauteur des attentes légitimes du personnel, ainsi que la mise en place, en urgence, d’un groupe de travail afin d’effectuer une revue des options déjà prises sans concertation et des scénarios alternatifs possibles.

Version imprimable