CNC : Octobre rouge

Le départ de Frédérique Bredin en juillet 2019, avait suscité l’espoir avec la mise en place d’une présidence renouvelée, d’un retour à un dialogue social de qualité et une écoute des aspirations du personnel.

Les interventions des agents venus en nombre à la HMI attestent d’une exaspération face à ce qui est ressenti comme du mépris et de la suspicion dans les décisions prises par l’administration qui conditionnent leur vie au travail. L’unique journée de télétravail accordée démontre l’impossibilité de l’administration de faire confiance aux agents, hors du mouchard Octime, alors que le télétravail ne peut se construire valablement et durablement que sur une relation de confiance.

ARRET DU TRAVAIL A DISTANCE A PARTIR DU 30 SEPTEMBRE !

La diffusion juste avant la HMI d’un flash intranet annonçant la fin du TAD le 30 septembre, alors que nous misions sur l’intelligence de nos interlocuteurs du dialogue social pour effectuer une transition en douceur du TAD vers le télétravail, est vécue comme une provocation qui démontre une nouvelle fois cette forme de mépris des aspirations du personnel qui loin d’être excessives constituent des demandes légitimes pour une meilleure qualité de vie et la prise en compte des questions environnementales.

Le message du responsable des ressources humaines du 22/09 à 17H44, dans les boîtes aux lettres syndicales, nous informe de l’abaissement de l’amplitude horaire imposée en télétravail à 7H42, alors que le formulaire de demande signé par les agents comportait des tranches horaires sournoisement allongées. Cette nouvelle communication dans la même journée démontre la fébrilité de notre direction face au mécontentement grandissant. Cette erreur manifeste avait été dénoncée dès la diffusion du formulaire par les agents, sans réaction jusque-là.

PAS DE TELETRAVAIL POUR LES AGENTS A TEMPS PARTIEL (inférieur à 80%)

Par ailleurs, la décision d’en écarter les agents, dont le temps partiel est inférieur à 80% constitue une décision abusive, discriminante et qui n’est justifiée par aucun texte.

Nous demandons au Président Dominique Boutonnat de revenir sur ces décisions, de prolonger le TAD au-delà du 30 septembre et jusqu’à la validation de la demande de télétravail des agents et d’accorder le télétravail aux agents à temps partiel dont la quotité est supérieure ou égale à 60%, à partir du moment où ils sont en mesure d’être présents 2 jours par semaine sur site.

Le CNC ne respecte pas le décret du 11/02/2016 et l’arrêté Culture du 31/03/2017 qui s’imposent à tous les opérateurs du Ministère de la Culture et dont l’objectif clairement affiché est une meilleure conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée.

RGS ET PLAN DE RELANCE

Par ailleurs, la révision générale des aides et la mise en place d’actions nouvelles ou de nouveaux dispositifs dans le cadre du plan de relance entraînent un surcroît d’activité très significatif pour un certain nombre d’agents. La mise en perspective nécessaire des moyens humains dont disposent les services afin de mener à bien ces nouvelles missions s’impose, afin de ne pas mettre à mal les collectifs de travail à l’aube d’une période de fin de gestion chargée.

Les agents travaillant avec le matériel informatique du CNC ou avec leur propre matériel, ont beaucoup été sollicités pendant le confinement - avec la reconnaissance que l’on sait, parcimonieuse et aléatoire. Cette nouvelle mise à contribution des agents, qui s’ajoute à leur charge de travail, inquiète légitimement, sans visibilité sur les moyens humains supplémentaires mis à disposition pour tout mener à bien.

De plus, les agents sont très peu consultés et associés aux réflexions relatives aux nouvelles missions à mettre en œuvre et dont ils devront suivre l’application et dresser le bilan.

REFORME INDEMNITAIRE DES AGENTS CONTRACTUELS (RIFSEEP)

Les agents ont dénoncé le manque de reconnaissance de leurs efforts passés. Ce n’est pas la réforme en cours de leur régime indemnitaire qui va améliorer leur situation, alors que cette réforme devrait bénéficier à tous les agents contractuels. Aujourd’hui, il est clair qu’elle ne bénéficiera qu’à une minorité, compte tenu des critères imposés pour une éventuelle revalorisation tous les 3 ans.

En juin 2014, Frédérique Bredin questionnée par notre organisation sur la revalorisation nécessaire du régime indiciaire des contractuels nous répondait :… « Je vous confirme que le Conseil d’administration du 28 novembre 2013 a effectivement permis d’inscrire au budget de l’établissement une enveloppe complémentaire de 600 000 € spécifiquement consacrée à l’ensemble de la réforme dans le contexte budgétaire actuellement contraint que vous connaissez… »

Au-delà des revendications immédiates concernant le télétravail et la prorogation du TAD, nous établirons avec vous une plateforme de revendications et les moyens d’actions pour vous faire entendre.