CNC : Le Mur de l’Atlantique

(actualisé le )

La re-convocation du Comité technique le 28 juillet concernait les points Télétravail et la création du poste de Conseiller auteur qui avaient fait l’objet d’un vote unanime CONTRE des organisations syndicales.

Concernant le télétravail, elle a été l’occasion de remettre l’accent sur l’attente forte des agents exprimée par leur adhésion massive aux revendications déclinées dans la pétition : appliquer les textes en vigueur, sans en réduire la portée.

La FSU et le SAMUP ont défendu de nouveau l’application des textes permettant la mise en œuvre du télétravail, dont l’arrêté du Ministère de la culture du 31 mars 2017 ainsi que le décret du 5 mai 2020 qui en a assoupli les règles.

Malgré l’obtention de quelques aménagements de bon sens du texte encadrant la mise en place du télétravail au CNC, qui avait fait l’objet d’échanges en amont, le point d’achoppement principal n’a pas trouvé de résolution.

L’administration n’a pas souhaité inscrire, dès à présent, le principe de 1 à 3 jours possibles pour les agents qui adhéreront au télétravail, prétextant la nécessité d’une mise en place progressive et prudente et d’un bilan quantitatif et qualitatif au bout de 6 mois pour éventuellement élargir la possibilité à plusieurs jours par semaine si ce bilan était très satisfaisant.

Vos représentants FSU et SAMUP, après une courte interruption de séance, ont préféré ne pas prendre part au vote. Le texte soumis à avis ne prenant pas en compte l’une de vos revendications principales, même de manière différée (après 6 mois d’expérimentation), à savoir la revendication légitime de reprendre les termes du décret du 5 mai 2020 prévoyant la possibilité de télétravailler de 1 à 3 jours par semaine.

Il sera possible pour les agents qui ne souhaitent pas télétravailler une journée toutes les semaines de solliciter une périodicité différente (tous les 15 jours ou toutes les 3 semaines) avec un volant de 10 jours flottants en cas de besoin ou d’opter pour un système plus souple, de 15 jours flottants dans l’année, à répartir en fonction des besoins, sans jour fixe. La FSU avait revendiqué 20 jours pour cette seconde option, proposée en séance au président, lors du précédent Comité technique.

Jusqu’à la mise en en place progressive du télétravail, à partir du 1er octobre, le TAD sera maintenu.

Nous regrettons que l’administration n’ait pas souhaité afficher dès à présent sa volonté de s’inscrire, même dans une perspective à 6 mois, dans une volonté d’ouverture qui consistait à retranscrire les termes des textes en vigueur.

Concernant le poste conseiller auteur affecté à la DCTP, nous avons notamment pointé de nouveau collectivement, l’absence de concertation avec les directions concernées et émis à nouveau un vote unanime CONTRE.

Par ailleurs concernant, le pilotage de la revue générale des soutiens, la FSU a proposé au vote, en cours de séance, la motion suivante, co-écrite avec le SAMUP. Elle a été adoptée à l’unanimité des représentants du personnel présents :

Les élus demandent la présentation des objectifs et du planning prévisionnel de la mission de cette nouvelle direction de la transformation, ainsi que les fiches de postes des agents qui la composent. Ils demandent également la liste de tous les agents des Directions métiers sollicités pour le projet, ainsi que la quotité de travail qui leur est demandée pour mener à bien ce chantier d’envergure.

L’administration nous a informés qu’il s’agissait d’une mission, en mode projet, et qu’il n’y avait pas de création d’une direction et de fiches de poste correspondantes. Nous avons alors demandé communication des lettres de mission. L’utilisation des termes directeur et directrice adjointe est toutefois ambigüe dans le cadre d’une mission dont la durée est limitée à 18 mois, éventuellement reconductibles.

Lors du prochain Comité technique, l’administration s’est engagée à présenter un premier bilan de cette mission.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous d’excellentes vacances d’été pour celles et ceux qui ne sont pas encore partis.