C2RMF : Déclaration intersyndicale au CHSCT sur les carences de communication la direction

CFDT - CGT - FSU

Madame la Présidente,

Les représentants du personnel des trois syndicats CFDT, CGT et SNAC-FSU souhaitent faire une déclaration liminaire conjointe.

La crise sanitaire que la France, l’Europe et le Monde traversent est sans précédent. Il y aura un “avant” et un “après”, un “après” que tout le monde espère “meilleur”. L’ensemble du personnel du C2RMF espère que le confinement que nous subissons tous est l’occasion de repenser le travail au C2RMF ainsi que ses conditions de mise en œuvre, en période de crise, en sortie de crise puis au “retour à la normale”.

La gra­vité de la situa­tion impose un dia­lo­gue social accru dans l’inté­rêt de tous.

Depuis le début de la crise actuelle, le ministre ainsi que la secrétaire générale du ministère de la culture ont appelé à une gestion de la crise en accord avec le personnel, rappelant que “les relations humaines doivent primer”. Le ministère organise une conférence téléphonique hebdomadaire avec les OS du CTM et du CHSCTM, et ce depuis le début du confinement, avec un compte-rendu systématique à l’ensemble des agents.

Malheureusement, au C2RMF, force est de constater que le dialogue social aujourd’hui va mal :

- Le premier CHSCT se tient au cours de la 6e semaine de confinement
- Le PCA communiqué pour cette instance date de 2010 et n’a toujours pas été mis à jour
- Les procédures de travail et de fonctionnement ont été élaborées en CoDir sans aucune concertation avec les représentants du personnel, menant à des situations complexes dans certains services
- Le niveau d’information, tant pour les représentants du personnel que pour l’ensemble des agents, est insuffisant.

Mais très souvent, une crise grave a un effet de loupe : les directions bienveillantes se montrent encore plus bienveillantes, les directions malveillantes et/ou incompétentes le semblent plus encore. Au C2RMF, la crise sanitaire met en lumière les dysfonctionnements chroniques que nous illustrerons ici sur deux points.

D’abord, les deux derniers constats de la liste précédente ont été faits et vous ont été rapportés à plusieurs reprises à propos du projet d’établissement en cours depuis plusieurs années. Le CoDir réfléchit et travaille au fonctionnement du C2RMF sans y associer les représentants du personnel et aucune information sur le nouvel organigramme qui peut pourtant sembler déjà effectif dans certains services n’a été dévoilée. Le personnel est las et ne croit plus que ce projet d’établissement aboutira un jour.

D’autre part, la situation du service d’accueil et de surveillance qui a fait l’objet d’un CHSCT spécial pour le compte-rendu de l’enquête RPS menée par la société DEGEST demande un management particulièrement respectueux et délicat dans le contexte actuel.

Nous attirons votre attention, Madame la Présidente, sur le fait que toutes nos organisations syndicales seront particulièrement vigilantes à ce qu’aucune représaille de quelque nature qu’elle soit n’ait lieu envers l’un des représentants syndicaux.

Mais une fois ce constat fait, nous, représentants du personnel CGT, CFDT et SNAC-FSU, ne voulons pas rester dans cette situation désagréable pour tout le monde et souhaitons nous tourner vers l’avenir avec optimisme. Nous souhaitons, Madame la Présidente, que vous entendiez notre unique voix intersyndicale et que le CHSCT d’aujourd’hui soit le début du “monde de l’après”, ancré sur un dialogue social de fond, sur un travail conjoint et concerté avec les OS pour que l’activité - pendant le confinement et après la reprise, quand et là où elle aura lieu - se passe du mieux possible en terme de prévention, de sécurité, d’accompagnement des personnels dans un environnement bienveillant et ouvert à la discussion.
Pendant la crise, nous vous demandons de nous présenter vos propositions afin que nous soyons tenus informés sans délai des décisions prises pour assurer la continuité des missions, la sécurité des agents et la tenue de réunions hebdomadaires.

21 avril 2020