A la DRAC Pays-de-la-Loire : pas de fusion mais rien dans le citron

Interpellation auprès de la ministre de la culture aux Bis de Nantes aujourd’hui :

Madame la ministre

Vos agents dans vos services déconcentrés vont mal, aucune région n’est épargnée !!

Pour vous donner un seul exemple à la Drac Pays-de-la-Loire : le diagnostic sur les RPS de l’automne 2015 a révélé 10 % d’agents en souffrance.

Le 9 février 2016, le CHSCT ministériel sera en grande partie consacré à vos services déconcentrés en tant que présidente de cette instance, nous espérons que vous y siégerez afin d’entendre nos voix.

La vérité sur la réforme territoriale en Pays de la Loire : Pas de fusion mais rien dans le citron !

La réforme territoriale touche l’ensemble des régions et administrations françaises à des degrés divers (Lois MAPTAM, NOTRe, etc.) avec une logique parfois étrange...

Ainsi, dans une des régions curieusement non-fusionnées (Pays-de-la-Loire), et au sein d’une administration « experte » (DRAC), la réforme se traduit notamment par la création d’un poste de conseiller d’action culturelle inter-départemental, modifiant notablement le fonctionnement et les attributions des services dits « sectoriels » (en gros tout ce qui n’est pas Patrimoine, ou presque...) et mettant en place une action de proximité – louable - à échelle départementale, mais insuffisante.

Alors que la région ne fusionne pas, et malgré la relative modestie de ce changement d’organisation, la direction est incapable de présenter les nouveaux organigrammes qui en découlent et les fiches de postes concernées !

Seule la fiche du dit conseiller a été bricolée et présentée au dernier comité technique (18 janvier 2016), sans discussion avec aucun des nombreux intéressés (notamment chefs de services sectoriels, future secrétaire du STAP mutualisée, etc.). Cette nouveauté, comme de coutume fort brumeuse, ne manque pas de créer des remous au sein de la DRAC, naturellement sensible à ce type de révolution sous-marine. Pour exemple, le service de documentation perd plus d’un quart de ses effectifs mais doit faire semblant de continuer ses missions. Alors que la DRAC sort juste d’un diagnostic RPS bradé au moins disant et dont les résultats du questionnaire ne seront jamais analysés ! Là encore on fait semblant de faire des choses !

Quand on voit l’incapacité de l’Administration à s’organiser pour un seul nouveau poste, et la mascarade de prise en compte des RPS on comprend vite deux choses :
- qu’ heureusement que nous n’avons pas eu à fusionner avec quiconque !!!
- et que nos collègues des régions « fusibles » doivent bien morfler !

Madame la Ministre, arrêtez le massacre !
Ici comme ailleurs il faut des réformes, mais pas n’importe comment !!!

Il nous faut surtout des moyens et des postes suffisants pour un service public plus proche des citoyens et de l’ensemble des acteurs du développement culturel.