85% dans la rue le 12 septembre !

On le sait, 15,39% des inscrits ont voté En marche™ aux législatives. Avec 15,39% et sur fond d’abstention massive, le président Macron installe pour cinq ans le Medef à l’Assemblée. L’objectif : faire évoluer la société française sur un modèle libéral et compétitif où, comme aurait dit Reagan, sous prétexte de favoriser les « outsiders », on précarise à mort les « insiders ».

Donc, près de 85% des Français n’ont pas voté pour ce délire de sociologie étasunienne, et ce n’est pas parce qu’il a récolté 66% des voix au second tour de la présidentielle que le président Macron peut se prévaloir d’une majorité : il était en compétition avec la peste brune et les Français ont juste paré au plus pressé.

Et donc, des ordonnances concoctées à huis clos pendant les vacances, tous les analystes un peu sérieux nous mettent en garde contre les régressions sociales qu’elles vont générer. Mais à nous, agents du service public, on nous dit que ça ne nous concerne pas, ou du moins pas directement, qu’il y aura surtout des conséquences indirectes, que Macron s’occupera de nous dans un second temps …

Mais si l’on prend certains bouts des ordonnances, on voit bien que c’est tout de suite, et pas seulement dans un second temps, que nous sommes nous aussi, comme nos collègues du privé, dans le collimateur du grand bazar.

Trois exemples :

- La fusion des instances. Appliquée chez nous (pas difficile de transposer), ça signifie la disparition des CHSCT, et donc pour certains de nos services (les SCN musées par exemple) la disparition de toute instance de proximité. Les affaires de santé et de sécurité de St Germain ou de Pau seront débattues à Paris, tout va bien.

- Le contrat de chantier. L’INRAP l’a testé, Macron l’a fait : c’est le contrat d’activité de triste mémoire contre lequel les archéos se sont battus victorieusement il y a quelques années. Sauf que le CDA était un CDD qui donnait droit à des indemnités ; avec le contrat de chantier, rien du tout, que du bonheur pour nos EP.

- Les accords d’entreprise. Là non plus, pas très difficile de transposer. Et quand on parle des EP, si l’on considère les équipes de dingues qui sont à la direction de certains d’entre eux, on souhaite bien du courage aux personnels.
Donc, le train pour un enfer néo-lib’ branché et décomplexé c’est maintenant et pour tout le monde.

C’est donc maintenant qu’il faut arrêter ça, sans attendre, public et privé ensemble.

Le 12 septembre, tout le monde en grève et dans la rue pour commencer à faire bien comprendre au président Macron que les 85% de citoyen.ne.s qui n’ont pas voté pour En marche™ ne sont pas entièrement ravis qu’on fiche ainsi par terre le modèle social qui énerve tellement le Medef !